Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:01

 

Spécial civilisation,

Toutes les décadences se valent !

 

Plus que physique...

Comme allez à la grande messe du samedi soir,

Forcé par l'habitude,

Avec le revend père Ruquier...

Á deux doit de lever le siège, déjà.

 

Alors quand apparut frère Mokojojo avec sa calotte à visière...

NON c'est trop, je fuis !

 

 

Apparemment je n'ai rien loupé :)

 

 

mokojojo-01Mwâ mon fantasme sé 2 chier sur Éric Zemmour ! LOL !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 02:00

 

 

Husbands-01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 18:04

Qu'est-ce qui faut pas faire
Pour intéresser les pigeons aux élections piège à cons !

 

 

 

 

pinup vote

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 00:14

 

Le Jardin des Délices n'est pas seulement le plus fameux triptyque de Jérôme Bosch,



         LE PARADIS
le jardin des délices-01

 

 

 

LES DÉLICES


le jardin des délices-02

L'ENFER                         
le jardin des délices-03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est aussi un film culte de 1967 de Silvano Agosti très controversé à l'époque...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Á signaler la musique signée del grandissimo Ennio Morricone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 11:14

 

Où la vie d'après...

 

 

striple - 03

Maintenant sans la protection du  triple A,
Tu vas manger !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 13:12

 

Les Vœux,

Où il vaut mieux parfois fermer sa gueule...


 

 

wishmaster-01


 

 

Les Souhaits ridicules

Si vous étiez moins raisonnable.
Je me garderais bien de venir vous conter
La folle et peu galante fable
Que je m'en vais vous débiter.
Une aune de boudin en fournit la matière.
"Une aune de boudin, ma chère !
Quelle pitié ! c'est une horreur !", .
S'écriait une précieuse,
Qui, toujours tendre et sérieuse,
Ne veut ouïr parler que d'affaires de coeur.
Mais vous qui mieux qu'âme qui vive
Savez charmer en racontant,
Et dont l'expression est toujours si naïve,
Que l'on croit voir ce qu'on entend;
Qui savez que c'est la manière
Dont quelque chose est inventé,
Qui beaucoup plus que la matière
De tout récit fait la beauté.
Vous aimerez ma fable et sa moralité;
J'en ai, j'ose le dire, une assurance entière.
Il était une fois un pauvre bûcheron
Qui las de sa pénible vie,
Avait, disait-il, grande envie
De s'aller reposer aux bords de l'Achéron;
Représentant, dans sa douleur profonde,
Que depuis qu'il était au monde,
Le Ciel cruel n'avait jamais
Voulu remplir un seul de ses souhaits.
Un jour que, dans le bois, il se mit à se plaindre,
A lui, la foudre en main, Jupiter s'apparut.
On aurait peine à bien dépeindre
La peur que le bonhomme en eut :
"Je ne veux rien, dit-il, en se jetant par terre,
Point de souhaits, point de Tonnerre,
Seigneur, demeurons but à but.
-- Cesse d'avoir aucune crainte :
Je viens, dit Jupiter, touché de ta complainte,
Te faire voir le tort que tu me fais.
Ecoute donc : je te promets,
Moi qui du monde entier suis le souverain maître,
D'exaucer pleinement les trois premiers souhaits
Que tu voudras former sur quoi que ce puisse être.
Vois ce qui peut te rendre heureux.
Vois ce qui peut te satisfaire;
Et comme ton bonheur dépend tout de tes voeux,
Songes-y bien avant que de les faire."
A ces mots Jupiter dans les cieux remonta,
Et le gai bûcheron, embrassant sa falourde,
Pour retourner chez lui sur son dos la jeta.
Cette charge jamais ne lui parut moins lourde.
"Il ne faut pas, disait-il en trottant,
Dans tout ceci, rien faire à la légère;
Il faut, le cas est important,
En prendre avis de notre ménagère.
Çà dit-il, en entrant sous son toit de fougère,
Faisons, Fanchon, grand feu, grand chère,
Nous sommes riches à jamais,
Et nous n'avons qu'à faire des souhaits."
Là-dessus tout au long le fait il lui raconte.
A ce récit, l'épouse vive et prompte
Forma dans son esprit mille vastes projets;
Mais considérant l'importance
De s'y conduire avec prudence :
"Blaise, mon cher ami, dit-elle à son époux,
Ne gâtons rien par notre impatience;
Examinons bien entre nous
Ce qu'il faut faire en pareille occurrence;
Remettons à demain notre premier souhait
Et consultons notre chevet.
-- Je l'entends bien ainsi, dit le bonhomme Blaise.
Mais va tirer du vin derrière ces fagots."
A son retour il but, et goûtant à son aise
Près d'un grand feu la douceur du repos,
Il dit, en s'appuyant sur le dos de sa chaise :
"Pendant que nous avons une si bonne braise,
Qu'une aune de boudin viendrait bien à propos !"
A peine acheva-t-il de prononcer ces mots,
Que sa femme aperçut, grandement étonnée,
Un boudin fort long, qui partant
D'un des coins de la cheminée,
S'approchait d'elle en serpentant.
Elle fit un cri dans l'instant;
Mais jugeant que cette aventure
Avait pour cause le souhait
Que par bêtise toute pure
Son homme imprudent avait fait,
Il n'est point de pouille et d'injure
Que de dépit et de courroux
Elle ne dit au pauvre époux.
"Quand on peut, disait-elle, obtenir un empire,
De l'or, des perles, des rubis,
Des diamants, de beaux habits,
Est-ce alors du boudin qu'il faut que l'on désire ?
-- Hé bien, j'ai tort, dit-il, j'ai mal placé mon choix,
J'ai commis une faute énorme,
Je ferai mieux une autre fois.
-- Bon, bon, dit-elle, attendez-moi sous l'orme,
Pour faire un tel souhait, il faut être bien boeuf !"
L'époux plus d'une fois, emporté de colère,
Pensa faire tout bas le souhait d'être veuf,
Et peut-être, entre nous, ne pouvait-il mieux faire :
"Les hommes, disait-il, pour souffrir sont bien nés !
Peste soit du boudin et du boudin encore;
Plût à Dieu, maudite pécore,
Qu'il te pendît au bout du nez !"
La prière aussitôt du Ciel fut écoutée,
Et dès que le mari la parole lâcha,
Au nez de l'épouse irritée
L'aune de boudin s'attacha.
Ce prodige imprévu grandement le fâcha.
Fanchon était jolie, elle avait bonne grâce,
Et pour dire sans fard la vérité du fait,
Cet ornement en cette place
Ne faisait pas un bon effet;
Si ce n'est qu'en pendant sur le bas du visage,
Il l'empêchait de parler aisément.
Pour un époux merveilleux avantage,
Et si grand qu'il pensa dans cet heureux moment
Ne souhaiter rien davantage.
"Je pourrais bien, disait-il à part soi,
Après un malheur si funeste,
Avec le souhait qui me reste,
Tout d'un plein saut me faire roi.
Rien n'égale, il est vrai, la grandeur souveraine;
Mais encore faut-il songer
Comment serait faite la reine,
Et dans quelle douleur ce serait la plonger
De l'aller placer sur un trône
Avec un nez plus long qu'une aune.
Il faut l'écouter sur cela,
Et qu'elle-même elle soit la maîtresse
De devenir une grande Princesse
En conservant l'horrible nez qu'elle a,
Ou de demeurer Bûcheronne
Avec un nez comme une autre personne,
Et tel qu'elle l'avait avant ce malheur-là."
La chose bien examinée,
Quoiqu'elle sût d'un sceptre et la force et l'effet,
Et que, quand on est couronnée,
On a toujours le nez bien fait;
Comme au désir de plaire il n'est rien qui ne cède,
Elle aima mieux garder son bavolet
Que d'être reine et d'être laide.
Ainsi le bûcheron ne changea point d'état,
Ne devint point grand potentat,
D'écus ne remplit point sa bourse :
Trop heureux d'employer le souhait qui restait,
Faible bonheur, pauvre ressource,
A remettre sa femme en l'état qu'elle était.
Bien est donc vrai qu'aux hommes misérables,
Aveugles, imprudents, inquiets, variables,
Pas n'appartient de faire des souhaits,
Et que peu d'entre eux sont capables
De bien user des dons que le Ciel leur a faits.

Charles Perrault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 00:08

 

 

 

nativitas-01

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 00:03

 

Conte identitaire Français du pays de Provence

D’Alphonse Daudet publié en 1870 dans les Lettres de mon Moulin

Qui en cette soirée d'agapes, vous invitera à la tempérance.

 

La gourmandise n'est pas qu'un vilain défaut pour nos artères...

 

 

goutte-01


 

C'est aussi un péché capital !

 

 

 

Ce conte fut même génialement adapté au cinématographe en 1954 par Marcel Pagnol,

Á déguster sans modération !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si vous désirez le lire à vos enfants en les bordant le soir...

ICI

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 09:39

 

Qui a dit que la vieillesse est un naufrage ?

 

 

eva-joly-02

Che ne suis pas une Pol Pot ferte !

Mais une seczion au sein de la Gour Bénale internassionale devra se charger de poursuivre et réprimer séfèrement les crimes écolochistes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 00:03

 

Comme le prix à payer au Blues...

 

C'est le jour même de Noël sur scène à Dallas

Que disparut le Texan Freddie King.

 

 

 

freddie king - 02


 

Son trop grand cœur s'arrêtant consécutivement à une complication hépatique...

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 09:09

Félicitation à notre grand ami

Qui devrait remporter une large victoire populaire aux législatives de la Très Sainte Russie.

Première marche franchie avant son très prochain couronnement.

 

Fier de son pays, fier de sa race, fier de sa religion,

Un Homme Franc quoi !

 

Poutine-01

 

 

 

 

 


 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 16:09

 

Lorsque le Bouddha sur ses vieux jours retourna dans le pays de son enfance

Où son père fut roi,

Retrouvant son pays envahi, détruit, par ses ennemis,

Il s'assit et médita,

Rayonnant d'Amour tous les êtres vivants...

 

Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué,

Je ne suis pas bodhisattva.

C'est pour cela qu'il m'est difficile d'envisager sereinement l’annihilation de ma culture.

 

Je dois être fou,

Pour ne pas me contenter du dernier écran plat à la mode afin de suivre « les chiffres et les lettres » !

 

Ma nation se meure assassinée de bêtise

Qui puis-je, que faire ?

Quand  Memento résume ça très bien...

 

 

Lakota-01


 

Alors nous nous déguiserons en paysans et chevaliers d'opérette,

Tels que les média mindstream se l'imaginent,

Pour d'improbables touristes mondialisés de Chine ou d'ailleurs,

Il n'y aura plus jamais d'ailleurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 00:01

 

 

 

pieta - carrache

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 00:05

 

« Je suis l'esprit qui toujours nie,

Et c'est avec justice car rien n'existe en ce monde

Qui ne mérite d'être détruit !»

 

 

 

Septième Prince des Enfers

Il représente l'incarnation du diable sur Terre

Venant corrompre l'Humanité.

 

De son étymologie latine

C'est toute l’exhalation pestilentielle

Qui émane de ses sinistres et mortifères projets.

 

 

 

Lloyd Blankfein-01

Lloyd Craig Blankfein

chief executive officer and chairman of

The Goldman Sachs Group Inc.

 

 

 

C'est donc sur Méphistophélès

Que se conclue notre triptyque lisztien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 08:36

 

« Le rire est le propre de l'homme. »

François Rabelais

 

 

 

 

Un grand merci à la belle Irena pour ses investigations anthropologiques

Qui nous dénichèrent un peuple qui m'était inconnu jusqu'à présent,

Les Komas.

 

Ceux-ci furent contraints de se réfugier, il y a deux siècles, dans les montagnes Alantika

Afin d'échapper à l'invasion islamique qui les réduisait en esclavage.

 

Rappelons que pendant treize siècles les musulmans en pratiquant l'esclavagisme sur les populations Africaines ont presque exterminé ceux-ci,

Là où on retrouve énormément de descendant Africains en Amérique,

Systématiquement castrés et mourant en grand nombre

Il n'y en a pratiquement aucun dans les contrées mahométanes.

Ce qui explique aussi les premiers temps de la colonisation occidentale,

Où les Africains se sont réfugiés en très grands nombre auprès des méchants Blancs plutôt que de survivre esclaves de leurs « frères » ou des musulmans.

Devant ce crime contre l'humanité génocidaire de l'islam,

Je suis toujours étonné qu'il y eut des Africains mahométans,

Un peu comme des juifs SS !

 

Pour en revenir à nos amis les Komas,

Ceux-ci pratiquent un bien étrange rite qui eut bien plu à Claude Levi-Strauss

Et qui conforte sa pensée.

Á savoir, malgré la grande diversité des cultures et des identités,

Certains des schémas humains sont invariants.

Notamment en matière de rire,

Pipi, caca, popo est d'un éternel universalisme.

 

Afin d'exorciser leurs ennemis musulmans,

Les Komas donc, mettent un point d'Honneur à faire tout ce que l'islam prohibe.

Rire, chanter, danser, dessiner... Vivre en Homme quoi !

Avec cette petite particularité que je vous laisse découvrir...

 

 

 

 

 


 

Heureux hommes.

Ce qui sous-entendrait que la vision wahabite, de ch'val,

En prohibant les chants, la musique, la danse,

En entorchonnant les femmes, les battants et les considérant comme de la merde,

Développant ainsi de fortes tendances homosexuelles plus ou moins refoulées, les faisant se réfugier dans la pédophilie – qui chez toute civilisation y compris les Komas, est d'un universaliste tabou -

Et surtout, surtout, en chassant le rire,

Frustrés jusqu'à l'exacerbation, cultivant la haine comme refuge,

La prétention mahométane est inhumaine !

 

Oui, vraiment, ils n'ont assurément plus rien d'humain.

Historiquement d'ailleurs, ils ne surent que détruire toute civilisation, par la violence, la consanguinité et la barbarie.

Ces éternels constipés...


 

Pujol01

Oh Momo ! Pète un coup ça ira mieux !

 

 

Parce que notre Civilisation met sur un piédestal la Femme,

Le perniflard et péter à la Lune,

Nous sommes humains !..

 

 

 

 


 

Au delà de nos différences,

Du nombre de nos mélanocytes,

Donnons un grand coup de vent à la haine !..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 00:05

 

« Das Ewig-Weibliche zieht uns hinan. »*

 

 

Deuxième acte du triptyque lisztien,

Gretchen,

 

 

marguerite-01


 

Ah les femmes !

Représentent-t-elles la damnation de l'Homme pur et innocent par Nature,

Ou bien son salut ?

 

Car selon l'épopée de Goethe

Faust sincèrement épris, séduit la jeune fille qui a son tour en tombe follement amoureuse.

Il la convint de lui ouvrir la porte de sa chambre à la nuit tombée et lui remet un somnifère pour endormir la vigilance de sa mère.

Patatras !..

La maman meure à cause du somnifère.

Faust tombe littéralement sur le frère de sa belle lorsqu'il la quitte par la fenêtre de sa chambre.

Afin de laver l'honneur de sa famille celui-ci se bat en duel contre le vil séducteur, mais y succombe avec l'aide maléfique de Méphistophélès.

Faust est donc contraint de fuir la ville où restée seule et enceinte Gretchen doit affronter les lazzis des habitants.

Accouchant, elle ne trouve rien de mieux que d'aller noyer l'enfant,

Et est condamnée à mort pour cela.

Faust voudrait la sauver, mais elle s'y refuse.

Méphistophélès emmène alors le savant hors de la prison lui disant qu'elle est jugée,

Tandis qu'une voix céleste le réfute en disant qu'elle est sauve...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

* L'éternel féminin nous élève.

 


Partager cet article
Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 00:01

 

Grand mythe romantique du XIXè siècle qui inspira nombre de musiciens,

Il était inévitable que le grand Liszt lui-même ne se penchât pas dessus.

 

 

 

faust-01


 

 

Seconde de ses symphonies,

Elle se décompose en trois mouvements.

Faust, Gretchen et Méphistophélès.

 

Aujourd'hui nous nous contenterons donc du premier...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 00:23

 

 

go marching in

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 00:02

 

Deux ans déjà...

 

 

claude-levi-strauss-02


 

 

 

 


 

Avec Tristan et Isolde de Wagner,

Le père de l’anthropologie et académicien appréciait également

Pelléas et Mélisandre de Debussy.

Voici le premier acte...

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Partager cet article
Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 00:01

 

Oh la !

Il ne nous reste plus qu'un trimestre pour fêter l'année Lisztienne...

 

S'inspirant du poème de Dante,

Œuvre inachevée,

Franz Liszt n'en retînt que les deux premiers cercles...

 

 

 

INFERNO & PURGATORIO

 

enfer-01


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 00:45

 

the outlaw josey wales - 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 16:11

Aux hippies en mousse que j'ai croisés hier soir...

 

Une caricature,

Un pauv'e gratteux connaissant à peine une note, même pas un accord  ! LOL !

Entouré d'une vingtaine d'avinés,

Une clocharde avec une panoplie de Zaz,

Incapable d'articulé le moindre son intelligible...

Manquait que la plage et la mer...

Fort heureusement nous échappâmes à un jdambé !..

 

 

tumblr labm909ev21qa3qmyo1 500

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 01:26

 

Á tonton Jeannot

 

 

Oh la la les aminches,

Elle se rapproche, la putain de Camarde !

Quand on ne voit plus la famille lors des enterrements...

 

Hier c'était celui d'un de mes oncles dans la célèbre Ville Rouge, la cité des Lémovices.

Ma tante bonne Chrétienne, il y eut une petite cérémonie...


J'ai connu des hommages laïcards de funérarium plus émouvants.

C'était même plus Vatican2, mais Vatican 3000 !!!

Où dans une ville bien plutôt rose, socialistoïde depuis plus de 100 ans,

Place fortifiée de la fwanc-maçonnewie,

Ah qué malhor !

Dans une église stylée 1950, l'intérieur complétement dépouillé peinture canari avec quatre pauvres affiches d'un Jésus très mal dessiné à l'aspect négroïde,

Nous fumes accueillis par un diacre (?) en costume civil, parce que ma pauvre tante qui s'est donnée à sa paroisse corps et âme depuis des années, fallait même pas compter sur un padre, alors une messe... n'en parlez pas !

 

jès-01- J'ti joure 4€, ci pas cher !

- N'es-tu pas convenu avec moi d'un denier ?

 

 

Dans un plus pur style collectiviste et ou kafkaïen nous eûmes droit au minimum syndical teinté d'émotionnitude toute bureaucratique.

Le nain accompagné d'une viok aux cheveux bleus

Sur un ton monocorde y récitait le discours type, y avait qu'à juste changer le prénom... MISERERE !

 

Fort heureusement, de retour de la nécropole de Louyat,

Nous sortîmes de sa cave quelques dives boutanches, dont un petit rouge des coteaux du Ventoux,

Qui nous aidèrent bien vite à faire revivre le défunt et sa maman qui était aussi un sacré phénomène !

 

Faut vous dire que mon tonton avait la réputation d'être un peu conservateur, légèrement ultra réac, un facho type pour modernœud ! LOL !

Et dans les années 70 imprégnées de marxisme, c'était très mal vu :)

Je me souviens l'avoir bien fait rire ado,

Lors d'une visite j'avais emprunté dans sa bibliothèque

Quand la Chine s'éveillera d'Alain Peyrefitte alors ministre du méchant Giscard,

Ce qui à l'époque l'avait surpris...

 

 

quand la chine s eveillera-02

 

 

 

 


 

Alors compter pas sur moi pour faiblir,

Il y va de l'honneur familiale !

 

Et pour me remettre de cette fausse messe cérémonie socialisante qui m'a bien traumatisé,

J'vais m'faire une bonne cure de tradition latine et de chants grégoriens !..

 


 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 00:20

 

Probablement la plus ancienne chanson Française parvenue jusqu'à nous,

Poème harmonique originaire du comté de Blois.

 

Interprété ici par Dame Cora Vaucaire

 

 

Cora-Vaucaire


 

 

 

 

 

 


 

Bonus

 

 

 


Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 00:01

 

ScandâL !!!

 

Non contente d'avoir volé les partitions des castras avec son Sacrificium,

Une bonne femme qui pique le répertoire des transgenres du XVIIIème siècle ?

On aura tout vu !!!

 

La grande cantatrice Cecilia Bartoli

Va reprendre à partir du 31 décembre à Zürich l'opéra de Rossini

Le Comte Ory

 

 

Le livret nous raconte une sombre histoire,

De libertinage, de séduction...

Le comte allant même jusqu'à se travestir en nonne !

Finissant par coucher avec son jeune page !!!


 

 

Dame Bartoli - comte ory

 

 

Confusion des genres Dame Bartoli habituellement dévolue au rôle de mezzo soprano d'Isolier,

Cette fois interprète la comtesse Adèle une soprano ?!!

 

De quoi semer le trouble auprès de nos chères petites têtes bondes et crépues du Neuf-Trois,

Déjà bien déboussolés par leur programme de SVT !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0