Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

His Highness

Hymne de France

Recherche

спутник

Map

GOOD OLD REBEL

 

 

 

 

 

Catégories

12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 11:17

 

« Un louchébem qui se loguedruche laifem des lêverems de louchébem »

Larlechass Laudelairebem

 

 

 

Lorsque le petit Antonín quitte l'école à onze ans pour apprendre le métier de boucher comme son papa,

S'il ne se droguait pas, à tout le moins il rêvait sûrement aux fées qui hantent les contes de sa Bohème natale et parsèmeraient toute son œuvre à venir.

 

L'expérience de garçon boucher ne sembla pas toutefois concluante,

Ses parents l'envoyèrent alors chez son oncle à Zlonice,

Afin de parfaire son éducation .

 

Peut-être lui arrivait-il de rêvasser en levant son crayon de l'étude pour laisser son esprit s'échapper par la fenêtre lorsque les cloches de l'église de l'Assomption de la Vierge Marie sonnaient...

 

 

 

 

 

 

Quelques années plus tard en 1865,

Alors que Riri Wagner déclarait qu'après Beethoven,

Il devenait inutile d'écrire des symphonies,

Le manque de compositions depuis quinze ans en la matière lui donnant raison,

 

À vingt trois ans, Antonín Dvořák, ne doutant de rien,

Nous livrait sa première symphonie en do mineur opus 3 B9,

Dite des Cloches de Zlonice

 

Œuvre de jeunesse, mais qui porte déjà en elle tout le bouillonnement de cet immense compositeur.

 

 

Après l'avoir écrite, il envoie sa partition en Allemagne afin de participer à un concours,

Mais il n'y récolte pas les lauriers escomptés et sa partition se perd...

 

Ce qui ne décourage pas Antonín qui se lance aussitôt dans la création d'une seconde symphonie.

 

Le manuscrit ne fut finalement retrouvé qu'en 1923

Et encore attendre le 4 octobre 1936 pour qu'elle soit enfin jouée.

 

 

En 1865 toujours, Gustave Courbet mettait une touche finale aux

Trois Jeunes Anglaises à la Fenêtre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Antonín Dvořák – Symphonie #1 do mineur opus 3

Partager cet article

Repost 0
Published by Baudricourt - dans CULTURE
commenter cet article

commentaires